Je voyage de mon lit.

Aujourd’hui, nous ne parlerons pas de chaussures. Non, non, non ! Nous sommes en octobre & qui dit octobre dit moisniversaire de Mademoiselle June ! Oui, & donc ? Donc, pleins de surprises pour mes petits yeux, mes petits petons & surtout mon petit coeur !

Studio-YSL-Photo-Luc-Castel

La semaine dernière c’était (& c’est toujours) l’Amoureux avec mes sublimes Louboutin, cette semaine ma merveilleuse soeur, m’a embarqué pour une virée Parisienne, non pas pour faire du shopping, mais pour rendre visite à mon très cher & tendre Yves Saint Laurent. Au cas où vous ne seriez pas au courant, je voue un réel culte à cet homme (oui, oui, très sérieusement). J’ai envie (& besoin) de tout savoir à son sujet. Vogue est ma bible, Yves Saint Laurent mon dieu. En toute simplicité ! Il est, selon moi, celui grâce à qui le prêt à porter est ce qu’il est à ce jour, celui qui m’a donné envie de porter des combo-pantalon, celui qui a réussi à habiller la femme avec autant de nudité, cet homme torturé était un génie qui a su marquer sont époque, la nôtre & celles qui suivront !

« On a souvent dit que Chanel avait libéré les femmes. C’est vrai. Des années plus tard, Saint Laurent devait leur donner le pouvoir. » Pierre Bergé

Bref, rendez-vous à la mythique adresse, 5 avenue Marceau Paris 16, Fondation Pierre Bergé & Yves Saint Laurent, en ce magnifique samedi d’octobre, pour visiter le salon d’essayage & l’atelier de Monsieur Saint Laurent, avec quelques anecdotes en primes. Comment exprimer ma joie au moment de gravir le majestueux escalier qui nous mène tout droit à l’atelier du maître pour y découvrir une simple planche de bois monté sur deux tréteaux en guise de bureau, les croquis de l’avant dernière collection de haute couture Yves Saint Laurent, des représentations de Moujig, on apprend d’ailleurs que Moujig IV est toujours là & qu’il se promène de temps en temps dans les couloirs de l’ancienne maison de couture qui renferme tant de secrets. On sent une atmosphère si particulière dans ces lieux qui nous donne immédiatement envie de vivre juste 5min dans l’effusion qui devait y régner au milieu des années 70′.

On imagine si facilement Yves, assit par terre avec ses croquis devant son grand miroir entrain de choisir les croquis qui donneront vie à ses créations, ceux qui changeront à tout jamais nos gardes robes.. Bref, c’était merveilleusement merveilleux & je me demande pourquoi je n’y suis pas allée plus tôt (madamejenaijamaisletempsderien) !

Avant de quitter la fondation, nous avons été faire un tour du côté de (chez swan) l’exposition du moment à la fondation, Hedi Slimane « Sonic » . À découvrir jusqu’au 11 janvier 2015 !

Sonic

 

 

June

Publicités

On appelle ça la maladie d’amour.

On en a une, mais on en voudrait toujours plus. C’est pas vraiment une maladie, mais c’est pas pire.

photoMY

On écoute des musiques d’ascenseur pendant que l’on traine  au -1 des Galeries Lafayette, on fait des sourires polis au 5e étage du Printemps. On tombe amoureuse, une fois, deux fois, trois, fois, quatre et plus. On fait les comptes & c’est pile à ce moment-là que Madame Lemmerdeusedebanquière décide de nous appeler pour nous rappeler que les salaires mensuels sont fait pour durer un mois & non pas 2 semaines. Ah ouai !

Bref, on appelle maman & on recommence, toujours le même chemin. On commence par Minelli, on passe devant Manas et Hunter en ravalant un petit relent, pour finir chez Rossi. En même temps y’a pas photo. Sauf que cette fois-ci tu t’es arrêté par Saint Laurent, chose que tu fais rarement, & là.. L’amour de ta vie sous tes yeux. Qui ? Pourquoi ? Comment ? Impossible n’est pas impossible. Ah  si en fait.  Bon.. Mellow Yellow ? Mellow Yellow ! « Bonjour, il me faut une paire de botte pour aller avec mon nouveau sac. » NORMAL !
Non, mais c’était l’affaire du siècle. (Non, mais c’est TOUJOURS l’affaire du siècle si on t’écoute). Je fais toujours l’affaire du siècle.

Sans queue ni tête est le mot d’ordre 😉

June 

Yves Saint Laurent est mon dieu, Vogue ma bible.

Aujourd’hui, bilan ! Je prend enfin conscience que je suis entrain d’abandonner l’une des nombreuses choses qui me tenais très fort à coeur. Il était temps !

photoISY

Au final les chaussures m’ont fait faire beaucoup de rencontres, des bonnes, très bonnes & des moins bonnes, beaucoup moins bonnes. J’ai croisé des personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres, d’autres qui mériteraient que je leurs marche dessus avec mes François Najar juste après avoir aspergés leurs yeux avec de l’Ace délicat. Bref ! Je ne pensais pas qu’un escarpin pouvait créer des affinités, me faire quitter mon Paris pour aller en banlieue Ouest (oulala, la folle) ou même me faire comprendre que les bons sont parfois les mauvais.

Une page de ma vie se tourne, je quitte mes chaussures préférés, tout en embarquant mes innombrables paires préférés, quand même ! Il est bientôt temps de dire au revoir à mes copines Lola, Amélie, Charlotte, Paris, Aude, Laura, Anne, Noémie, Elodie, Nathalie & les petites dernières arrivées cet hiver, Nil, Love, Joyce, Liberty.. Finalement, elles auraient pu s’appeler Margaux, Nora, Narimane, Gaelle, Justine, Samia, Romain, Astrid & bien d’autre.. La nostalgie c’est le mal. Restons sérieux quelques instants, les stilettos restent mes premiers amours, je quitte ceux là pour être encore plus amoureuse des prochains, sans pour autant les oublier.

Après tout se n’était peut-être pas qu’une histoire de chaussure..  « – Je vous quitte, mais je vous aime » 😉

June

Soleil ? Ah non..

Bonjour, je suis une chaussure.

C’est pas tout ça, mais la grisaille parisienne me fatigue & me rend malade. On a cru que le soleil revenait en même temps que les collections croisière a.k.a Cruise.. Que nenni, rien, CACAHUETE !! La croisière nous a plutôt apporté de la neige & ça.. C’est pas amusant (dit-elle, alors qu’elle était la première à jouer avec) ! Comme je suis un peu naïve & que j’aime bien que l’on me vende du rêve, je retombe encore dans le panneau avec les collections Printemps/Été 2013. Soleil ? Soleil ? Ah non toujours pas !

On se reprend, je disais donc : Les règles d’or ? Pop ! Fluo ! Métallique ! On a pu voir des bouts pointus chez Marc Jacobs, Balmain, Barbara Bui, Hermès, Lanvin, Yves Saint Laurent… Du plastique transparent chez Chanel, Nina Ricci, Givenchy, Valentino… Des talons épais & carrés chez Max Mara, Georgio Armani, Isabelle Marant, Jil Sander, Carven, Bottega Veneta… Des bouts pointus & des talons carrés chez Chloé. 

Maintenant on me demande de choisir ? Vous savez à qui vous parlez ?.. Plouf plouf.. FENDI

fendi-talon-architectural-2013

C’est pop, c’est fluo, (je me répète à peine) c’est rétro, ça donne envie de passer une petite robe d’été (oui, parce que j’ai eu la merveilleuse idée de m’acheter uniquement des robes d’été pendant les soldes) & d’aller se balader sur les quais ou au pire.. De passer une petite robe d’été & de retourner acheter des chaussures… Blablabla !

Conseil du médecin : Avant de jeter votre manteau par la fenêtre & de faire une petite danse avec un teint hâlé, attendez que la température remonte. PARDON ? Que dites vous ?.. Ah oui, c’est peut-être pour ça que je sens un peu trop ma gorge & que mon nez est devenu tout rouge.. Tant pis, je remets mon écharpe, mon plaid sur mon dos, mon gros pantalon de pyjama &  je peux enfin réouvrir la fenêtre de mon salon. Quand on sait que certaines sont en short 😉

June