Ca passe, ça va, c’est bien !

Après une courte absence, me voilà de retour avec.. Mes super compensés !

 

imagezara

 

C’est beau la hauteur, c’est beau le confort, c’est beau le tout mini prix, ce n’est pas beau l’enseigne d’achat ! Si, un jour on m’avait dit que je craquerais pour des chaussures provenant de ce temple de la mode éphémère, de la petite robe noire vu & revu sur toutes les jeunes filles dans le métro, ce magasin dont on passe la porte parce qu’on a envie de faire un craquage pas cher ou juste de s’acheter un top. Bref, Inditex & Zara auront ma peau. Ouai, j’ai acheté mes chaussures chez Zara & oui, j’ai mal à ma chaussure, mais.. Grand dieu, je les aime, elles sont cool, & puis on ne demande rien de plus à des compensés que d’aller avec toutes nos tenus, confortable & jetables à la fin de la saison (exemption faite pour les Sergio Rossi !).

Bref, j’ai déjà fait les frais d’un achat besoin, personne ne rigole, c’était un réel besoin. Mes ballerines corail (que j’aimais beaucoup soit dit en passant), on malheureusement eu un soucis de couture. Etant au travail & n’ayant pas envie de craquer pour des Repetto, il me fallait une paire de ballerine de dépannage. Bref, après de mauvais conseils, je partis vers.. H&M. Quelle bêtise, réellement, quelle bêtise ! Ce plastique, tout en plastique, semelle en plastique, noeud en plastique, 100% de plastique, pas beau, pas bon, pas accueillant le soir quand tu retires tes chaussures pour te nicher dans le canapé : NON, passe par la douche avant petits petons ! Bref, vous voyez où je veux en venir.

Pour résumer, on a le droit de craquer pour des chaussures de grandes enseignes uniquement en cas de GROS coups de coeur, petit moyen ou chaussures ouvertes (moi, je dis ça pour vous & pour votre vie sentimentale) & surtout on arrête d’écouter les conseils pourris que l’on peut vous prodiguer. Ca finira forcément en déception, d’une part & de l’autre 😉

 

June

Publicités

De l’air mon grand, de l’air !

Soleil, mon amour !

20140519-115002.jpg

Après avoir annoncé fièrement à l’Amoureux mon besoin urgent (oui, besoin. Oui, urgent) de nouvelles chaussures, suite à l’inondation imprévu que mes sandales Sergio Rossi ont subi il y a quelques mois en bord marne, il me faut les remplacer. Je pleure & je te jette dans le cimetière à chaussures a.k.a « La mort de mes amours » !

Il fait beau & mes petons ont envie de prendre l’air, je me mets à la recherche de nouveau bébé prêt à me suivre tout l’été. Je navigue sur le web (flemmarde) tout d’abord pour retrouver les mêmes d’un rouge si parfait.. & là, j’apprends que Rossi ne les fait plus. Je pleure encore plus ! Bref, je farfouille sur le site & je déniche un sac en agneaux. Je tombe amoureuse ! ON A DIT CHAUSSURE !

Ok, je me plis en quatre pour trouver une marque intéressante sans y perdre mes bras & ma dignité. Petites mendigotes ? Emma Gote ? Mellow Yellow ? Aldo ? Melissa ? Liu Jo ? Jonak ? Marc by Marc Jacobs ? Non, non, non. Rien n’y fait, mes pieds ne craquent pas. Alors, j’essaie de me convaincre que je peux passer tout l’été perché sur mes compensés, mais bizarrement j’ai du mal à y croire réellement. Bref ! Il faut que je me mette un coup de pied aux fesses & que je reprenne mon shoepping RAPIDEMENT !

Au pire je repartirais avec un nouveau sac à main & pieds nus  😉

 

June

 

 

Different Pulses.

Il était une fois.. J’attendais sagement à Saint Lazare, puis j’ai marché, je me suis arrêtée & mon coeur s’est arrêté.

 

image

 

Il y a un an je vivais encore à Paris & c’était plutôt cool. Je m’ennuyais dans mes talons hauts, j’avais besoin de nouveauté.. & Puis j’ai été chez Sergio Rossi, j’ai craqué sur des compensés de fou que je n’ai jamais portés, AH SI : une fois pendant 15min (c’est un très bon début). Je construisais des meubles avec mes boîtes de chaussures, j’essayais de ranger mon appartement en fonction de la place disponible entre les chaussures, je passais rarement une semaine sans un nouveau coup de coeur genre « LES CHAUSSURES de ma vie quoi » ! La copine devait subir toutes mes phases & même si elle ne le disait pas (& que même elle s’en plaignait) je sais que ça lui plaisait. J’ai même créé un cocon pour exprimer mon amour à Saint Laurent, François Najar, Melissa, Marc Jacobs, Louboutin, Chloé, Charlotte Olympia, Kirkwood, Kate Spade, Lanvin, Valentino.. Bref !

Après des années de recherche j’ai finalement trouvé la paire d’escarpin qui m’a donné envie d’acheter moins de ses consoeurs, celle qui fait boum boum dans mon coeur quand je la vois le matin en me réveillant, celle qui me fait vibrer, celle qui me fait sauter hors de mes Rossi pour lui sauter dessus en rentrant du travail le soir, celle qui fait tout en ne faisant rien, celle avec laquelle j’aime prendre la pluie, celle avec laquelle j’aime le plus partager ma vie.. & à ma plus grande surprise ce ne sont pas des Rossi.

 

 

Plutôt une fabrication Corse 😉

June

 

Pif, paf, pouf !

Quelle constat aberrant n’ai-je pas fait quelques heures plus tôt : Je n’ai pas de basics noir, hyper classique, à porter avec tout. Oui, moi la fille aux cents & quelques chaussures, je n’ai pas cet IMMANQUABLE accessoire dans mon shoessing (honteux, honteux, honteux).

20140325-094412.jpg

Fortonight – Nine West – AH13

 

 

Ni une ni deux ! Me voilà parti pour arpenter le -1 des Galeries Lafayette Haussmann. Quel merveilleux endroit.. ! Bref, après  un passage éclair chez Sergio Rossi (étonnant), premier coup de cœur chez Saint Laurent, pour finalement me fixer une limite « Mon petit chat, c’est un basic que tu cherches, pas plus de 300€. », pas drôle la conscience ! Bref !
Je fonce sur Freelance, en oubliant un peu la conscience, qui s’est enfin calmé ! Oh ! Mes petites Ferley Perfecto Zip Boot en.. BLANCHE ! (Cœur cœur sur toi bébé !) C’est un peu les boots qui me manquent ! Tiens, conscience qui revient.. « Boots ?! On a dit escarpin. Sors de là ». Ok, ok ! Bon, je me retourne.. LK Bennett ? Malgré notre passé mitigé, pourquoi pas ! MAIS OUI ! Les petites Sledge d’amour, que demander de plus ? Vernis noires, cambrure de 9, talon de 12cm. PARFAITE ! Alors, la conscience quelque chose à redire ?

Enfin.. Ça c’était sans compter ma visite au 5e étage du Printemps, chez Schultz.. Un basic en chèvre velours noir, parfait, mais.. Oh ta petite sœur en bleue, mais.. ? « Dis, meilleur ami, j’ai des chaussures bleues ?! » (Le pire étant qu’il arrive à répondre correctement à la question). Mon cœur balance !

Et puis au final est-ce réellement aussi grave que ça, si je rentre avec des Lk Bennett & des Schultz ?.. & Freelance ? Oui, conscience je t’ai entendu 😉

 

 

June

Un jour on m’a parlé de toi.

Tu passes, tu t’arrêtes & tu tombes instantanément amoureuse.

Pourquoi ?

imageSR

Parce qu’elle n’est pas comme les autres. Tu la vois & sans même l’avoir essayé, tu sais que c’est elle & pas une autre. Bref, tu craques. Elles te suivent partout, absolument partout. Même pas besoin d’une paire de ballerines au cas où, non. Elles sont parfaites, merveilleusement belles. Prête pour faire les 400 coups, des kilomètres & des kilomètres de boutiques. Tu en oublies même tes Sergio Rossi.. Pendant des mois & des mois.

& Un jour, sans même prévenir, tu rentres chez toi & au moment de les enlever, elles te font pleurer. Tu ne comprends pas, tu cherches. Rien, incompréhensible. On t’avait pourtant assuré que c’était les bonnes.. Le temps passe, tu continues de les regarder tous les matins. En rentrant le soir, tu les repasses. Rien n’y fait. C’est la fin de tes amours.

Bref, Elle m’on brisé le cœur 😉

June

On appelle ça la maladie d’amour.

On en a une, mais on en voudrait toujours plus. C’est pas vraiment une maladie, mais c’est pas pire.

photoMY

On écoute des musiques d’ascenseur pendant que l’on traine  au -1 des Galeries Lafayette, on fait des sourires polis au 5e étage du Printemps. On tombe amoureuse, une fois, deux fois, trois, fois, quatre et plus. On fait les comptes & c’est pile à ce moment-là que Madame Lemmerdeusedebanquière décide de nous appeler pour nous rappeler que les salaires mensuels sont fait pour durer un mois & non pas 2 semaines. Ah ouai !

Bref, on appelle maman & on recommence, toujours le même chemin. On commence par Minelli, on passe devant Manas et Hunter en ravalant un petit relent, pour finir chez Rossi. En même temps y’a pas photo. Sauf que cette fois-ci tu t’es arrêté par Saint Laurent, chose que tu fais rarement, & là.. L’amour de ta vie sous tes yeux. Qui ? Pourquoi ? Comment ? Impossible n’est pas impossible. Ah  si en fait.  Bon.. Mellow Yellow ? Mellow Yellow ! « Bonjour, il me faut une paire de botte pour aller avec mon nouveau sac. » NORMAL !
Non, mais c’était l’affaire du siècle. (Non, mais c’est TOUJOURS l’affaire du siècle si on t’écoute). Je fais toujours l’affaire du siècle.

Sans queue ni tête est le mot d’ordre 😉

June 

La beauté du mal.

J’ai mal aux pieds. Pense à autre chose.. IMPOSSIBLE !

Rossi

  • Je sors discrètement le pied de ma chaussure, genre personne ne m’a vu, je m’étire les orteils & là.. « Oula c’est quoi cette odeur ». VU / SENTI !
  • Tu tapes gentillement ton talon contre le sol, tu crois toujours que ça fera remonter le mal. RATÉ & en plus ça énerve tout le monde.
  • Dès que tu peux tu enlèves tes talons, jusqu’au moment où tu ne peux même plus les remettre.. « Elles sont où mes ballerines Jacobs ? »
  • Tu croises & décroises les jambes, parce que si chacun de tes pieds reste au repos au moins 1min30, quand tu te lèveras, tout ira mieux. Utopie, bonjour !
  • Tu rêves de monter dans un wagon vide (qui restera vide) dans le RER histoire de retirer le mal & de poser tes pieds (nu entendons nous bien) sur le siège d’en face, sauf que le A est toujours blindax ! (Je continue toujours d’espérer).
  • Quand tu parles à quelqu’un tu te perches sur une jambe, puis sur l’autre.. Même chose qu’avec le croisement de jambe !  & Ça ne fonctionne toujours pas !
  • Tu arrives enfin à penser à autre chose, genre un monde de licorne sur le bord de la plage à Malibu avec une caïpi. « Alors, toi vu comment tu marches tu as mal aux pieds ». Merci, maintenant tu BOUGES DE LÀ !

Au final la seule technique qui fonctionne c’est les pieds nus 😉

June

La folie furieuse.

Je devrais travailler, je devrais. Une pause s’impose : JE SUIS TOMBÉE AMOUREUSE (en travaillant).

249042_582280341815473_715805376_n

Je trompe l’Amoureux avec des chaussures. Il me trompe bien avec GTA V, cadeau empoisonné. AHA ! En même temps on me parle de dentelle, de talons dorés, de picpic, de talons hauts, de nouveaux modèles, BREF je ne peux que craquer !

Pour cette nouvelle collection François Najar nous fait littéralement craquer, avec des jeux de matières foufou. Cet hiver sera très mode dans la maison française. On a dit mode, pas bling bling ! Hop, hop,hop. On se recolore les cheveux avec une couleur uniforme, le tie & die c’est pour les talons !

Bref ! Je deviens folle, mes chaussures me manquent tellement que je ne trouve pas le courage de m’en racheter d’autre. J’ai deux nouveaux meilleurs amis : ma banquière & l’Amoureux. Ce n’est pas comme si je n’avais pas de chaussures.. Bah en fait si, elles ne vivent plus avec moi : je pleure, je cris, je pleure, j’hurle, mais tout va bien. Je passe chez UGG, Rossi, Noé, Najar, Cosmoparis.. RIEN CACAHUETE ! C’est grave docteur ? Je passe du coq à l’âne & ça me fait rire. Je suis folle.

Le manque de chaussures j’imagine 😉

June

Vivre, revivre ou survivre !

C’est subtil, très subtil ! La cambrure qui épouse parfaitement nos pieds, le sentiment que nous procure la hauteur, l’attrait de la nouveauté, l’envie d’essayer de nouvelle chose, recommencer : encore & encore.

photoshoes

Aimer craquer pour une (ou plusieurs) nouvelles paires.

Souffrir à cause du choix de la cambrure qui fut une nouvelle fois le mauvais. Bah oui, mais c’est beau !

Douter des pavés parisien sous nos pieds.

Rester stoïque en passant devant Bata & se demander POURQUOI ?!

Être étonné du tournant que prend François Najar. J’ai pas dis que c’était mauvais !

S’étonner soi-même de supporter autant de hauteur avec Charlotte Olympia.

Continuer juste parce qu’on aime tellement ça.

Exulter de plaisir grâce à Roberto Cavalli.

Se lasser de toujours voir la même paire chez Freelance. De la nouveauté s’il vous plait. Merci !

S’interrompre en pleine séance de shopping en passant devant Kurt Geiger.. & finalement continuer.

Tomber & se relever après un verre de trop en Dolce & Gabbana.

Compliquer de devoir faire un choix entre Gucci & Zanotti.

Rigoler face à Castaner.

Appartenir encore & toujours au même..

Se découvrir perchée sur des Barbara Bui. « MAMA, elle est bonne celle là ». Classe, bonjour !

Partager son amour/passion/folie/maladie psychologique incurable !

Oublier de faire ses comptes. Oups !

Séduire même avec des tongs, mais pas n’importe lesquelles des Marc Jacobs ou rien !

Compter le nombre d’Alexander McQueen que l’on ne s’offrira pas cette année.

Sourire devant l’acharnement de Desigual pour faire des chaussures. Pas sourire, rigoler (pleurer ?)  !

Hurler dès que tu vois passer une Tina chez Ferragamo.

Pendant que certain se coupe les ongles des pieds, d’autre se rendent compte qu’acheter des nouvelles chaussures c’est un peu comme si on prenait notre pied à chaque fois 😉

June

BOOM dans ta tête !

Astuce du siècle qui ne sert à rien : Faire de vos boîtes à chaussures des meubles !

imagess

Oui, je me suis enfin bougée les fesses pour ranger ma chambre, en même temps je n’avais plus vraiment le choix ! Comment est-ce que j’ai fait ? Tout simple : j’ai empilé partout où il y avait de la place ! Je suis une fée du logis (LA  blague). Bon, du coup j’ai une nouvelle table de chevet, beaucoup trop haute pour y mettre quoi que ce soit d’ailleurs, ça ressemble plus à la tour de Pise qu’à une table de chevet d’ailleurs. Le dessus d’un meuble ne nous sert jamais à rien à part entreposer de la poussière.. & bah non : rangement de boîtes ! L’autre grand meuble là, qui prend trop de place (on en a toutes un !) aller hop, les sacs à mains ! Vous aurez bien compris qu’il ne faut pas faire appel à moi pour ranger. On ne peut pas être doué dans tous les domaines non plus.

Prochaine mission ? La table basse 😉

June