Quand Fifi se promène avec Kate du côté de Pigalle !

Quelle surprise en ouvrant mon Vogue.. Christian Louboutin s’est installé dans un grand magasin Parisien en cette rentrée 2014.  Moi, ça m’émoustille !

Loubi PR2

Bonjour, Princesse ! Je veux revivre mon moment magique d’il y a quelques jours ! Ni une, ni deux, ma curiosité me titille beaucoup trop pour que je ne me précipite pas dans mon grand magasin préféré de la capitale. À peine la porte principale du Printemps Haussmann ouverte (vous savez celle à côté de Ladurée), j’aperçois au loin mon cher Christian Louboutin aka Loubie d’amour, Chrichri ou l’hommequimefaitrêverenmeparlantdesoulier, de rouge vêtu avec un par-dessous blanc.. Mes petons s’émoustillent.. Je me coiffe de ma plus belle coiffe & m’apprête à faire un grand « BONJOUR PRINCESSE » à mes So Kate d’amour &.. Ah non, Bonjour.. Vernis ? Ah ! Bon, des vernis sur Loubiville, mais des vernis quoi..

Loubi PR

« -Mademoiselle, oui, mademoiselle, où puis-je nicher mes petons d’amour dans vos merveilleux souliers ? »..
La réponse fut pour le moins.. Étonnante. Si on m’avait répondu un simple « -Là-bas, dans le case toute noire, qui manque profondément de rêveries », je n’en aurai pas été plus étonnée.
Qui est responsable de cette catastrophe ? Qui ?! Levez le doigt ! J’exige de savoir pourquoi le boudoir tant aimé a disparu, pourquoi les canapés super mega confortable ne sont pas là ? Pourquoi tout est.. Noir & blanc ?! Comme dirais une grande philosophe « ALLO QUOI ! »
« Bonjour Princesse » baisse la tête & fini tout de même par rêver devant une paire de So Kate & de Fifi rose fluo.. Mais quand même, je retire ma coiffe & sors dépitée ainsi que vachement déçu (au moins ça !).

En bref, un pop-up store beauté au niveau 0 du Printemps Mode, pour y découvrir toute la gamme de vernis, afin d’assortir vos ongles à vos petits petons, jusqu’au 18 octobre & un vrai stand avec les collections de soulier ainsi que la maroquinerie, toujours au niveau 0.
Malgré tout, un bon gros points positif, les vendeurs y sont très agréables & fabuleusement souriants.. C’est déjà ça !

IMG_6625.JPG

 

 

Je préfère & de loin voir mon pote Jean Jacques Rousseau 😉

 

 

Je voyage de mon lit.

Aujourd’hui, nous ne parlerons pas de chaussures. Non, non, non ! Nous sommes en octobre & qui dit octobre dit moisniversaire de Mademoiselle June ! Oui, & donc ? Donc, pleins de surprises pour mes petits yeux, mes petits petons & surtout mon petit coeur !

Studio-YSL-Photo-Luc-Castel

La semaine dernière c’était (& c’est toujours) l’Amoureux avec mes sublimes Louboutin, cette semaine ma merveilleuse soeur, m’a embarqué pour une virée Parisienne, non pas pour faire du shopping, mais pour rendre visite à mon très cher & tendre Yves Saint Laurent. Au cas où vous ne seriez pas au courant, je voue un réel culte à cet homme (oui, oui, très sérieusement). J’ai envie (& besoin) de tout savoir à son sujet. Vogue est ma bible, Yves Saint Laurent mon dieu. En toute simplicité ! Il est, selon moi, celui grâce à qui le prêt à porter est ce qu’il est à ce jour, celui qui m’a donné envie de porter des combo-pantalon, celui qui a réussi à habiller la femme avec autant de nudité, cet homme torturé était un génie qui a su marquer sont époque, la nôtre & celles qui suivront !

« On a souvent dit que Chanel avait libéré les femmes. C’est vrai. Des années plus tard, Saint Laurent devait leur donner le pouvoir. » Pierre Bergé

Bref, rendez-vous à la mythique adresse, 5 avenue Marceau Paris 16, Fondation Pierre Bergé & Yves Saint Laurent, en ce magnifique samedi d’octobre, pour visiter le salon d’essayage & l’atelier de Monsieur Saint Laurent, avec quelques anecdotes en primes. Comment exprimer ma joie au moment de gravir le majestueux escalier qui nous mène tout droit à l’atelier du maître pour y découvrir une simple planche de bois monté sur deux tréteaux en guise de bureau, les croquis de l’avant dernière collection de haute couture Yves Saint Laurent, des représentations de Moujig, on apprend d’ailleurs que Moujig IV est toujours là & qu’il se promène de temps en temps dans les couloirs de l’ancienne maison de couture qui renferme tant de secrets. On sent une atmosphère si particulière dans ces lieux qui nous donne immédiatement envie de vivre juste 5min dans l’effusion qui devait y régner au milieu des années 70′.

On imagine si facilement Yves, assit par terre avec ses croquis devant son grand miroir entrain de choisir les croquis qui donneront vie à ses créations, ceux qui changeront à tout jamais nos gardes robes.. Bref, c’était merveilleusement merveilleux & je me demande pourquoi je n’y suis pas allée plus tôt (madamejenaijamaisletempsderien) !

Avant de quitter la fondation, nous avons été faire un tour du côté de (chez swan) l’exposition du moment à la fondation, Hedi Slimane « Sonic » . À découvrir jusqu’au 11 janvier 2015 !

Sonic

 

 

June

Happy birthday to you June..

Je sais, je sais, j’étais à deux doigts de voir des affiches du genre « Wanted, avons perdu deux pieds plutôt bien chaussés » placardées dans les rues de Paris & sur les portes des plus grands chausseurs, mais, pas de panique, je suis de retour & en très bonne compagnie en plus !

 

Loubie 1

 

Je pourrais vous relater les moindres détails de cette journée qui fut pour le moins des plus parfaites (si on oublie l’annonce du mariage de Georges avec une autre que moi), mais est-ce réellement intéressant de vous dire que nous, L’amoureux & moi, avons été contraints de faire la queue durant, facilement, 30min devant la boutique Christian Louboutin, rue du Faubourg Saint Honoré, à essayer de nous occuper avec une micro bouteille d’Evian, que mon coeur a explosé au moins 300 fois au moment de passer la porte & que mon esprit changeait d’avis comme de chemise en pensant à la paire qui repartirait avec nous.  Que nous somme finalement rentrés dans le temple de la démesure, mais qu’aucunes paillettes n’est descendu du plafond lors de notre entrée dans la boutique, que je n’ai pas non plus hurlé en voyant toutes ses semelles rouges se pavaner devant moi & que personne ne m’a offert de champagne en m’appelant Princesse (ni même en faisant la révérence (honteux) !). Ai-je été déçu pour autant ? TERRIBLEMENT PAS ! Je suis comme une petite fille à qui on vient d’offrir un poney pour ses 5ans, avec un super Prince charmant qui m’a si gentiment supporté ce jour là & qui m’a fait le plus beau des cadeaux d’anniversaire.

 

image4

 

 

 

Bref, je suis l’heureuse propriétaire d’une paire de Pigalle & j’ai pleins d’étoiles dans mes grands yeux 😉

 

June

Yves Saint Laurent est mon dieu, Vogue ma bible.

Aujourd’hui, bilan ! Je prend enfin conscience que je suis entrain d’abandonner l’une des nombreuses choses qui me tenais très fort à coeur. Il était temps !

photoISY

Au final les chaussures m’ont fait faire beaucoup de rencontres, des bonnes, très bonnes & des moins bonnes, beaucoup moins bonnes. J’ai croisé des personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres, d’autres qui mériteraient que je leurs marche dessus avec mes François Najar juste après avoir aspergés leurs yeux avec de l’Ace délicat. Bref ! Je ne pensais pas qu’un escarpin pouvait créer des affinités, me faire quitter mon Paris pour aller en banlieue Ouest (oulala, la folle) ou même me faire comprendre que les bons sont parfois les mauvais.

Une page de ma vie se tourne, je quitte mes chaussures préférés, tout en embarquant mes innombrables paires préférés, quand même ! Il est bientôt temps de dire au revoir à mes copines Lola, Amélie, Charlotte, Paris, Aude, Laura, Anne, Noémie, Elodie, Nathalie & les petites dernières arrivées cet hiver, Nil, Love, Joyce, Liberty.. Finalement, elles auraient pu s’appeler Margaux, Nora, Narimane, Gaelle, Justine, Samia, Romain, Astrid & bien d’autre.. La nostalgie c’est le mal. Restons sérieux quelques instants, les stilettos restent mes premiers amours, je quitte ceux là pour être encore plus amoureuse des prochains, sans pour autant les oublier.

Après tout se n’était peut-être pas qu’une histoire de chaussure..  « – Je vous quitte, mais je vous aime » 😉

June